skip to Main Content
Retraités : Notre Guide Pour Allier Déconfinement Et Vigilance

Retraités : Notre guide pour allier déconfinement et vigilance

Un retour à une vie plus normale s’amorce depuis la seconde phase du déconfinement. L’économie le nécessite. Privés de déplacements et de contacts, nous pouvons retrouver famille et amis, le chemin des magasins et bientôt des lieux de loisirs. Prudence, le virus rôde toujours.

Une évolution favorable de l’épidémie.

Le confinement a aplani le pic de l’épidémie, maintenant derrière nous. Les délais sont longs entre contagions, symptômes éventuels et leur possible aggravation, le déconfinement devrait freiner la décrue de l’épidémie. Pourtant, le taux de contagion R0, légèrement en hausse, reste franchement inférieur à 1 en France. L’épidémie s’essouffle, apparemment sans seconde vague. Cet effet reste mal compris. Est-il lié au virus lui-même, à des formes d’immunité ou à la seule faible densité de cas obtenue grâce au déconfinement ? La prudence reste de mise avec ce virus encore peu connu.

Un virus qui se camoufle, sans véritable traitement.

Les nombreux cas asymptomatiques masquent les effets d’un déconfinement élargi. De nouveaux foyers apparaissent, heureusement sous contrôle. Le virus circule à bas-bruit. L’épidémie peut s’éterniser, elle enfle dans d’autres parties du monde.
Les retours hospitaliers et les résultats d’études à travers le monde sont désespérément décevants concernant les traitements, quelles que soient les phases pathologiques. Il n’y a pas encore de vaccin. Nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle souche plus virulente. Seuls les gestes barrières et la distanciation sociale limitent avec certitude la propagation du virus. Pour nous-mêmes, nos proches et les autres, il faut absolument conserver ces comportements prudents, adapter les retrouvailles et le retour aux activités ordinaires. C’est encore plus important pour les personnes dites vulnérables.

Les seniors plus à risque.

Les données statistiques sont formelles: la COVID19 n’est pas excessivement mortelle mais les complications et décès touchent significativement les personnes âgées. C’est probablement dû, comme pour la grippe, à une perte progressive de l’immunité naturelle. L’âge cumule aussi fréquemment les autres facteurs de comorbidité attestés : faiblesse cardio-vasculaire, diabète et obésité. La plus grande lucidité s’impose aux seniors en possession de leurs moyens, et la plus grande attention doit être portée à ceux qui déclinent dans la vie.

Se protéger encore

Sans être une garantie, gardons une vie saine pour améliorer nos défenses immunitaires. De l’exercice physique, la luminosité extérieure pour la vitamine D, l’alimentation pour toutes les autres et la protection cardiovasculaire. C’est une assurance de plus de favoriser notre tonus.
Impérativement, respectons les directives officielles de protection, le port du masque dans les situations préconisées, évitons les effusions excessives et les grands rassemblements. Maintenons la distanciation sociale et inventons une vie qui intègre au mieux les gestes barrières. Une distance raisonnable et le lavage des mains restent des comportements basiques efficaces. Isolons-nous et appelons le médecin en cas de symptômes évocateurs.
Affaire d’intelligence collective et individuelle, informons-nous de l’évolution du virus et des préconisations de protection, pour limiter nos propres risques et protéger nos proches. L’atout des seniors sera leur sagesse et leur recul sur les choses de la vie.

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top